rucher multicolore
rucher multicolore
hommes et abeilles. apiculture de ville.
hommes et abeilles.           apiculture de ville.

Partenaires

  • Groupe  C'Pro

          Echirolles

  • Grenoble Alpes Métropole
  • Commune de Pont de Claix
  • Ville de Grenoble
  • Comité d'entreprise ARTELIA
  • Collège Henri Wallon
  • Lycée Louise Michel
  • Comité d'entreprise du Centre de recherche XEROX Europe
  • Musée Dauphinois / Bon accueil
  • Association des Amis du Fort du Saint Eynard
  • Centre de recherche STM / STE
  • Association UQBGP jardins familiaux
  • Association Brind'grelinette
  • Bailleur social SDH
  • Compagnie de Chauffage
  • Commune de Chamrousse
  • Association la Casamaures           Saint Martin le Vinoux   
  • Association Terter commune de la Tronche
  • Lycée E.Mounier   Grenoble.

    

logo bilan carbone Calculez votre bilan
stagiaire au rucher. stagiaire au rucher.

Association

hommes et abeilles,

 

Formations apicoles


1 place de la commune
38100 Grenoble 

Siret : 509 038 337 00028

Enregistrée comme organisme de formation continue, auprès du

préfet de région Rhône-Alpes

82 38 05119 38.

(ce qui ne vaut pas agrément.)

 

 

 



  Contact merci d'utiliser le

formulaire en ligne

 

logo bienvenue à la ferme, 82 Tarn et garonne 10 ème anniversaire, Bravo !

 

 

Contact : centre écologique

apiculture jardins partagés, coquelicots apiculture jardins partagés

hommes et abeilles c'est :16 ruchers de formation situés dans l'agglomération de Grenoble.

montage de cadres montage de cadres

blocage d'essaimage et division de ruche

La période du printemps et du début de l'été est une période essentielle pour la puissance de la colonie.


 Un essaimage et la colonie qui paraissait prometteuse en terme de récolte, mais aussi sur laquelle vous espériez prélever du cheptel pour créer une nouvelle colonie, devient du jour au lendemain, chétive.
 
  Et pourtant, l'essaimage instinctif chez l'abeille est logique dans la politique de colonisation du territoire de cette espèce animale apparue il y a 130 millions d'années au Moyen Orient, et présente aujourd'hui sur la quasi totalité du globe.
 
  L'apiculteur dispose de plusieurs moyens pour contrecarrer, ce fléau pour lui, mais salvateur à l'espèce.
 
Fréquence des visites au rucher
Elimination de cellules royales

Pose précoce de hausses
Division de colonie
Ruchette-piège
 
  Fréquence des visites au rucher
 Logiquement dès l'apparition des fleurs de pissenlit, le message par le biais de la rentrée du pollen du pissenlit parvient à la reine, qu'elle peut intensifier sa ponte.
L' apiculteur soucieux de la bonne croissance printanière de sa colonie, avait pris soin de nourrir ses dernières dès Mars, de 15 kilos de sirop sucré pour que ses avettes ne souffrent pas de malnutrition.
 Ce nourrissement stimulatif avait déjà incité la reine à pondre davantage.


Un des plaisirs de l'apiculture de loisir étant d'être au calme à regarder ses abeilles voler, il est très intéressant de regarder la couleur et la quantité de pollen que les abeilles rentrent à la ruche.
 Les visites doivent maintenant s'effectuer, si l'on veut maitriser le développement des colonies tous les 15 jours au moins.
 Dans une ruche Dadant 10 cadres, dès l'apparition de 7, 8 ou 9 cadres de couvain, il y a fort à parier que la colonie va prévoir d'essaimer.
 L'apparition de cellules royales doit alerter l'apiculteur, ce dernier aura à surveiller leur nombre et par la présence de couvain non operculé, pourra s'assurer
de la présence de la reine.
 La population de la colonie, qui va aller jusqu'à 60 000 individus à la belle saison, peut faire que lors de périodes de pluie ou de froid : Saints de glace à la mi-Mai, les abeilles se sentent trop à l'étroit dans la ruche si les périodes ou elles ne peuvent pas sortir du fait des intempéries durent trop longtemps, elles vont donc décider par instinct:


  Elevons parmi nos soeurs une jeune reine, et maman ira habiter ailleurs avec une partie de la famille, cela fera de la place !
 Leur projet adopté, elles vont élaborer plusieurs cellules royales, autour d'oeufs généralement situés en périphérie du cadre de couvain.
 Les oeufs choisis auront obligatoirement moins de 3 jours.
 

 Néophyte, faites vous accompagner par un apiculteur possédant une certaine compétence afin qu'il vous apprenne à les apercevoir, ce n'est pas facile de les distinguer
dans un premier temps, il faut placer le cadre au soleil et l'orienter parfaitement pour réussir à distinguer ces petits points blancs d'un tiers de millimètre au fond des alvéoles.

 
 Une reine étant nourrie uniquement à la gelée royale, le choix des oeufs de moins de 3 jours est donc indispensable, puisque mâles et femelles sont nourris les 3 premiers jours de leur gestation uniquement avec cette fameuse gelée, puis ensuite à la bouillie d'abeille.
  Comme une jeune reine dans son alvéole met 16 jours à éclore, Si l'oeuf autour duquel la cellule est batie, est du jour: elle naitra dans 15 jours.
 Si l'oeuf à deux jours , la petite reine naîtra dans 14 jours.
 

 Fort de cette connaissance, l'apiculteur qui ne veut pas voir sa ruche essaimer visitera donc par prudence sa ruche au plus tard la vieille de la naissance prévue donc le 13 ième jour.
 Mais, il se peut que la pluie tombe ce jour-là ! Donc prévoyez une visite entre le 12 ième et le 13 ième jour, cela vous donnera une marge de sécurité.


  Ouais,  ok dac ! Mais je travaille ces jours là, je ne vais pas dire à mon patron: Boss, demain oublie moi, il faut que j'aille surveiller mes abeilles !
  C'est sûr, que cela risque de lui mettre le bourdon et c'est pour cette raison que l'association conseille pour un travail de qualité de s'unir à plusieurs pour entretenir avec satisfaction les ruchers associatifs urbains.
  Sachez aussi que vous pouvez lui demander seulement l'après-midi de libre à votre patron bien aimé, les essaimages se déroulant majoritairement entre  14 et 18 heures.

Elimination de cellules royales


  Lors de la visite bi-mensuelle, il est important de compter les cadres comportant du couvain et de supprimer éventuellement les cellules royales.
 Mais en premier lieu assurez vous que la reine est toujours présente.
 La présence d'oeufs de moins de 3 jours atteste sans coup férir sa présence seulement alors, vous pouvez toutes les éliminer.
 La visite s'effectue cadre par cadre, recto puis verso, soyez attentif une cellule royale oubliée et c'est raté.
  Cette opération sera à renouveler à priori toutes les deux semaines, si vous voulez des ruches fortes.
 Très souvent une colonie puissante est plus docile à travailler qu'une colonie souffreuteuse, qui inquiète va vous bondir dessus par crainte d'être affaiblie par votre action.

 Pose précoce de hausses.


  Le phénomène par lequel les abeilles les abeilles se trouvent trop nombreuses dans la ruche, mais aussi le fait qu'il vous arrive de ne pas être disponible le jour J au rucher, peut être contourné par:


 La pose de hausses.
 
  Tout en gardant à l'esprit qu'une fois l'idée de l'essaimage lancée, il est toujours difficile de faire changer d'avis à nos petites entêtées.
 L'apiculteur peut poser précocement une (c'est ma préférence) ou plusieurs hausses.
 La pose d'une hausse augmente le volume de la ruche de 50 %, deux hausses 100 %, donc les avettes auront un espace plus grand, ralentissant peut-être leur sentiment de surpopulation.

 Espace supérieur à chauffer par la même occasion ! Il faut donc que la colonie dispose de réserves de nourriture ou de la présence de floraison établie.
 Il ne saurait être question de nourrissement en sirop, vos hausses vous l'interdisent car stocké dans la hausse ce sirop frelaterait votre récolte.
  Les anciens qui lisaient le journal, ont trouvé l'astuce d'intercaler une feuille de leur quotidien préféré entre chaque hausse et surtout entre la hausse la plus basse et le corps
 de ruche.
 Cette solution économique permet de garder la chaleur dans le corps de ruche, les abeilles ne monteront dans la hausse que lorsqu'elles se sentiront trop nombreuses.
 Cette feuille de journal évitera aussi de voir votre reine monter pondre dans la hausse où la chaleur sera supérieure.
  La pose d'une grille à reine est aussi intéressante, si les avettes peuvent aller stocker du miel où vous monter des cires sur des cadres de hausse neufs, la reine trop grosse
 pour passer dans la grille sera condamnée à rester dans le corps de ruche, vous enlevant ainsi bien des soucis.

  Cette solution des hausses est à privilégier si votre rucher est éloigné de votre lieu de vie, ou si vous n'êtes libre que les week end.


  Division de colonie


  C'est à dire :  d'une colonie souche faire naître une deuxième colonie.
  Passionnant à réaliser.
  Là, on arrive sur une méthode intéressant particulièrement les adhérents d'<strong> hommes et abeilles.
  Puisque la colonie prévoit par l'élevage de jeunes reines d'essaimer, nous allons conforter cet élevage en exportant dans une ruchette les cadres porteurs de cellules royales, porteurs d'oeufs de moins de 3 jours, mais aussi d'un cadre de nourriture ( cadre de rive ) et d'abeilles.
  Cette ruchette sera à emmener à plus de 5 km, pour conserver la population d'abeilles sur laquelle nous comptons pour élever une jeune reine.
 
  Une ruchette comporte le plus souvent 5 cadres, nous allons mettre dans celle-ci:
 
  un cadre de rive, porteur de miel
  deux ou trois cadres de couvain
  un cadre de cire montée
  une population d'ouvrières
 
  Le cadre de rive est essentiel car la petite colonie orpheline, doit disposer d'un stock de miel sur place lui permettant de se consacrer prioritairement aux travaux dans la ruchette.
  Cette nouvelle colonie orpheline pour l'instant, doit conserver une température de 35°C pour la bonne gestation des oeufs, l'apiculteur cherchera  à limiter les sorties des butineuses, elles sont plus utiles en restant sur les cadres pour le chauffage de la ruchette pour l'instant.
  Les cadres de couvains, au moins un cadre doit comporter au choix, soit une ou plusieurs cellules royales matures ( d'au moins un semaine ),
  soit du couvain jeune non operculé avec ses oeufs de moins de 3 jours.
Le deuxième et éventuellement troisième cadre de couvain, doit lui comporter du couvain operculé, son implantation a pour but dev renforcer la population adulte de la ruchette
par l'apport de naissances rapidement.

( rappellons qu'une abeille vit en moyenne 35 jours en période de récolte et qu'une abeille femelle met 21 jours à naître.) 
  Cadre vierge, il est préférable que ce cadre soit avec des cires déjà montées, cela diminue le travail pour les éleveuses.
  Si nous mettons seulement deux cadres de couvain, ce cadre vierge permet de ne pas laisser d'espace libre dans la ruchette.
  Si nous mettons trois cadres de couvain, alors nous n'aurons pas la place pour ce cadre.


  Le fait de ne placer que 2 cadres de couvain, n'est peut-être pas le meilleur choix, mais si nous voulons ne pas trop affaiblir la colonie souche qui serait une 10 cadres, c'est suffisant pour la création d'une petite colonie.
   Si la colonie souche est une 12 cadres, alors 3 cadres de couvain importés est plus confortable.
  
  Population d'ouvrières, celle-ci doit être d'au moins 7 000 abeilles, qui seront prélevées sur des cadres de la colonie souche où l'on a la certitude de ne pas trouver la reine mère !
  Les cadres de rives sont donc tout indiqués, ainsi que les cadres de vieux couvain et éventuellement les cadres de hausse.
  Lors de cette exportation d'abeilles, je vous conseille d'utiliser la brosse à abeilles si vous craignez d'exporter la reine, balayez le cadre de couvain non operculé avant de le placer dans la ruchette.
  Voila, refermez votre ruchette, emportez là sur un autre rucher et nourrissez là dès le début avec un sirop pour économiser les forces des butineuses, ce sirop peut-être plus dilué qu'un sirop de nourrissement d'automne ou de stimulation, s'il est entre 30 et 40 % de sucre cela sera suffisant et amènera de l'eau aux avettes.
  Pour aider à garder la température de la ruche, il peut -être intéressant que cette dernière soit redescendue dans la vallée pour les montagnards, ou bien un peu plus exposée au soleil l'après midi.
  Si par hasard la colonie souche n'a pas reçu un traitement contre Varroa, il est fortement conseillé de placer une lanière de traitement par ruchette et ce, pendant 6 semaines.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© hommes et abeilles, Formation